La Commission a adopté un nouveau rapport sur les régions frontalières de l’UE, qui contient une analyse et des recommandations sur la manière de renforcer la résilience des régions frontalières, notamment dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

La commissaire à la cohésion et aux réformes, Elisa Ferreira, a déclaré : « Les régions frontalières ont été particulièrement touchées par la pandémie. Des contrôles frontaliers ont été mis en place, les travailleurs transfrontaliers n’ont pas pu accéder à leur lieu de travail et les citoyens voisins ont été séparés. En même temps, pendant la pandémie, nous avons pu voir de grands exemples de coopération renforcée pour surmonter ensemble les contraintes. Ce rapport a analysé la situation socio-économique et rassemblé les meilleures pratiques pour montrer comment nous pouvons rendre les régions frontalières plus résistantes aux crises futures tout en renforçant leur potentiel économique et en se préparant à la transition verte. »

Pour approfondir la coopération institutionnelle, le rapport propose d’étendre l’initiative b-solutions, l’initiative qui aide les régions frontalières à s’attaquer à des obstacles transfrontaliers très concrets et à soutenir la production et l’analyse de données transfrontalières. Afin de rendre les régions frontalières plus résistantes aux futures crises sanitaires, la Commission encouragera le développement de services publics transfrontaliers forts. Pour accroître la mobilité de la main-d’œuvre, il est recommandé de soutenir davantage les partenariats transfrontaliers EURES ou de faire mieux connaître le cadre européen des certifications.

Enfin, le rapport se concentre sur la contribution des régions frontalières de l’UE au « Green Deal » européen, appelant, entre autres, à une plus grande coopération dans les stratégies d’adaptation nationales des États membres et à une plus grande attention à la dimension transfrontalière dans Natura 2000.