A partir du 1er janvier 2021, le Portugal préside le Conseil de l’Union européenne pour la quatrième fois.

La première des présidences tournantes portugaises a eu lieu en 1992, entre janvier et juin, sous le thème « en route vers l’Union européenne ». Les principales avancées de cette présidence se sont traduites par les signatures du traité sur l’Union européenne et de l’accord  sur  l’Espace  économique européen.

En 2000, la seconde présidence a cherché à mettre en valeur « L’Europe au seuil du XXIème siècle » et a organisé le premier sommet UE-Afrique. Cette présidence a promu également l’adoption de la Stratégie de Lisbonne et la célébration de l’accord de Cotonou entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). 

La présidence tournante la plus récente, en 2007, préconisait une Union européenne « plus forte pour un monde meilleur » et fut notamment marquée par la signature du traité de Lisbonne qui est venu rénover le  fonctionnement de l’Union. La présidence portugaise a aussi organisé le premier sommet UE-Brésil et le second sommet UE-Afrique. 

Priorités de la présidence portugaise

Pour la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne (UE), il est essentiel de renforcer la résilience de l’Europe et la confiance des citoyens dans le modèle social européen, en favorisant une Union reposant sur les valeurs communes de solidarité, de convergence et de cohésion – une Union capable d’agir de manière coordonnée pour sortir de la crise.

Autour d’une devise « Le temps d’agir : pour une reprise juste, verte et numérique », elle travaillera autour de trois grandes priorités :

  • Favoriser la relance européenne appuyée sur les transitions climatique et numérique
  • Instaurer le socle européen des droits sociaux en tant qu’élément essentiel pour mener à bien une transition climatique et numérique juste et inclusive
  • Renforcer l’autonomie stratégique d’une Europe ouverte au monde

Ces priorités seront développées selon cinq lignes d’action :

Une Europe résiliente: Favoriser la relance, la cohésion et les valeurs européennes

  • Défendre les valeurs fondamentales de l’UE et soutenir la défense et la consolidation de l’État de droit et de la démocratie, le combat contre toutes les formes de discrimination, le pluralisme des médias et la lutte contre la désinformation. Combattre le terrorisme et les discours haineux, y compris en ligne.
  • Diminuer la dépendance extérieure de l’UE concernant les biens et les technologies critiques en investissant dans l’innovation et accroître la sécurité alimentaire.
  • Défendre l’autonomie de l’Europe en s’appuyant sur le développement d’une stratégie industrielle dynamique stimulant les chaînes de valorisation européennes et favorisant la consolidation des petites et moyennes entreprises (PME) ainsi que les secteurs les plus touchés par la crise.
  • Diversifier la production européenne, les fournisseurs extérieurs et les chaînes d’approvisionnement globales de l’UE, afin de diminuer la dépendance extérieure concernant les biens et les technologies critiques et d’accroître la sécurité alimentaire.
  • S’occuper des secteurs économiques les plus touchés par la crise, notamment le tourisme et les industries créatives.
  • Renforcer le système de gestion de crise de l’UE, en vue d’une plus grande résilience et d’une plus grande coordination dans la réponse aux catastrophes, tout en protégeant les infrastructures critiques ; renforcer le mécanisme de protection civile de l’UE et la capacité de surveillance et de réaction face aux maladies infectieuses.
  • Continuer les négociations du nouveau pacte sur la migration et l’asile, pour une approche européenne, globale et intégrée qui traduise une vision équilibrée entre la prévention de l’immigration clandestine, la promotion de canaux durables de migration légale et l’intégration des immigrants, veillant à la protection des droits de l’homme.

Une Europe verte: Placer l’UE en tête de l’action pour le climat

  • Augmenter la capacité d’adaptation aux effets des changements climatiques et favoriser les avantages compétitifs d’un modèle économique résilient et sans carbone.
  • Approuver la première loi européenne sur le climat et soutenir tous les efforts visant à faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone à l’horizon 2050 ; garantir l’engagement commun de réduire d’au moins 55 % par rapport à 1990 les émissions de CO2 à l’horizon 2030.
  • Faciliter la transition vers une économie compétitive et neutre en carbone et stimuler la croissance durable, l’économie circulaire, ainsi que l’innovation et la sécurité de l’approvisionnement en énergie.
  • Favoriser l’innovation, la numérisation et la gestion durable des ressources naturelles du monde rural et privilégier la poursuite des négociations sur la réforme de la politique agricole commune.
  • Valoriser la préservation et l’utilisation durable des ressources des océans et des mers, tout en mettant à l’honneur le développement de l’économie bleue (océanique), la politique maritime intégrée et l’instauration de la politique commune de la pêche.

Une Europe numérique: Accélérer la transformation numérique au service des citoyens et des entreprises

  • Accélérer la transition numérique en tant que moteur de la relance économique et encourager la souveraineté européenne sur le plan de l’innovation et de l’économie numériques.
  • Favoriser de nouvelles solutions et stratégies numériques pour la transition verte dans les domaines de la santé, de la recherche et de l’innovation (I&I), de la propriété industrielle, de la justice et de la mobilité.
  • Améliorer l’accès et le partage des données et de l’information de qualité pour simplifier la vie des citoyens, notamment via la création de l’identité numérique européenne, tout en œuvrant pour une technologie au service des personnes et une économie juste et compétitive qui respecte pleinement les valeurs d’une société démocratique, ouverte et durable.
  • Accompagner le développement universel des compétences numériques en vue de l’adaptation des travailleurs aux nouveaux processus de production, ainsi que dans le domaine de l’enseignement à distance pour l’éducation et la formation tout au long de la vie.
  • Valoriser l’instauration de meilleures pratiques numériques dans le but de moderniser l’administration publique, notamment avec le recours à l’intelligence artificielle.
  • Favoriser un secteur spatial compétitif et intégré dans l’économie, qui optimise l’utilisation de données et des technologies spatiales par les entreprises et par les politiques publiques.

Une Europe sociale: Valoriser et renforcer le modèle social européen

  • Valoriser et renforcer le modèle social européen, en donnant confiance aux citoyens pour sortir de la crise et faire face aux transformations climatiques et numériques, en veillant à n’abandonner personne.
  • Donner un sens concret au socle européen des droits sociaux dans la vie des citoyens et organiser le Sommet social de Porto au mois de mai, afin de donner un élan politique à l’instauration du socle européen des droits sociaux et à son plan d’action.
  • Encourager le débat sur le renforcement des capacités des citoyens pour le défi numérique, sur l’avenir du travail et le travail décent, le salaire minimum adéquat, ainsi que sur le développement de certifications et de compétences adaptées à une économie moderne et numérique.
  • Veiller transversalement à l’égalité hommes-femmes et aux politiques de lutte contre la discrimination, la pauvreté et l’exclusion sociale, y compris à la protection de groupes plus vulnérables.
  • Stimuler le renforcement de la coopération entre les États membres dans le domaine de la santé, en soutenant les actions nécessaires afin d’augmenter la capacité de réaction des services de santé aux menaces pour la santé publique.

Une Europe globale: Favoriser une Europe ouverte au monde

  • Miser sur le multilatéralisme efficace et sur le positionnement géopolitique de l’UE en tant qu’acteur global.
  • Défendre des partenariats internationaux pour le développement orienté vers des résultats concrets et encourager le débat sur le développement humain, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation, y compris sur les plans de l’égalité hommes-femmes et de l’émancipation des femmes.
  • Travailler à la souveraineté européenne dans la consolidation d’un système de commerce international ouvert et réglementé, en favorisant un programme commercial fort et équitable.
  • Participer activement à la préparation du VI Sommet UE-Union africaine, en vue de la consolidation d’un partenariat mutuellement fructueux.
  • Donner un nouvel élan politique aux relations avec nos voisins au sud de la Méditerranée.
  • Accompagner les défis qui se posent à nos partenaires en Amérique latine.
  • Renforcer le dialogue avec les États-Unis, partenaire stratégique dans tous les domaines, en vue de la pleine réalisation du potentiel des relations transatlantiques.
  • Intensifier le dialogue et la coopération sur les plans politique, économique et commercial avec l’Inde, et organiser une réunion de dirigeants européens avec le Premier ministre de l’Inde, en mai, à Porto.
  • Privilégier un partenariat futur UE-Royaume-Uni qui soit élargi, équilibré et équitable, tout en respectant les intérêts de l’Union et des États membres.
  • Stimuler la réflexion sur la sécurité maritime, reposant sur la mise à jour des menaces dans les zones maritimes importantes, comme le golfe de Guinée et l’Atlantique.

Pour en savoir plus

Site web de la présidence portugaise de l’Union européenne