Déclaration conjointe de la Commission européenne et du Haut Représentant

« Cette année, la Journée mondiale des réfugiés arrive à un moment où le monde est confronté à une pandémie mondiale qui a déjà coûté la vie à des milliers de personnes et qui affecte les moyens de subsistance de millions d’autres. La lutte est encore plus difficile pour les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, les migrants et les apatrides. Avec un accès limité ou inexistant aux soins médicaux et aux mécanismes de protection, ces personnes sont plus vulnérables aux effets de cette crise mondiale.

Des réfugiées maliennes rassemblées à un point de distribution d’aide dans le camp de Goudoubo, au Burkina Faso, le 3 février 2020 ©HCR/Sylvain Cherkaoui

Une personne sur 97 dans le monde a été déplacée en raison d’un conflit ou de persécutions. Fin 2019, près de 80 millions de personnes dans le monde ont été forcées de quitter leur foyer. Cela inclut près de 26 millions de réfugiés, 4,2 millions de demandeurs d’asile, environ 45,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et 3,6 millions de Vénézuéliens déplacés à l’étranger.

Le coronavirus ne fait pas de discrimination entre les personnes et ne connaît pas de frontières. Son ampleur a nécessité une réponse mondiale rapide et coordonnée, fondée sur la solidarité internationale. Personne ne doit être laissé pour compte. Les populations vulnérables, y compris les réfugiés, sont au cœur de la réponse globale de l’UE à la crise du coronavirus. L’Union européenne réaffirme sa solidarité indéfectible avec les millions de personnes qui doivent fuir leur pays, parfois en laissant leur famille derrière elles, parce que leur maison n’est plus sûre.

L’UE s’est engagée à respecter la Convention de Genève pour les réfugiés, qui est la pierre angulaire de la protection des réfugiés, et à préserver le droit d’asile et le principe de non-refoulement, tels qu’ils sont inscrits dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE. Il est essentiel que, même pendant la pandémie, les principes fondamentaux continuent de s’appliquer au niveau mondial afin que les personnes dans le besoin puissent continuer à accéder aux procédures de protection internationale et à trouver un abri, également par le biais de la réinstallation. Les pays les plus exposés, y compris ceux qui accueillent des milliers de réfugiés, doivent être aidés à faire face aux difficultés qu’ils rencontrent. L’UE reconnaît sa part de responsabilité dans l’offre d’une protection aux personnes qui en ont besoin et dans le soutien aux autres pays.

Des enfants réfugiés d’Afghanistan et de Syrie entrant dans l’avion qui les amènera de Grèce en Allemagne dans le cadre d’un programme de relocalisation de l’UE
© EC – Service audiovisuel

Les États membres de l’UE se sont engagés à réinstaller près de 30 000 réfugiés en 2020, ce qui représente 40 % de toutes les promesses de réinstallation dans le monde. La Commission continuera à aider les États membres à tenir leurs engagements.

L’UE est à l’avant-garde de la réponse mondiale à cette pandémie. L’approche globale « Team Europe », qui combine les ressources de l’UE, de ses États membres et des institutions financières, répond aux besoins humanitaires en matière de santé, d’eau et de systèmes d’assainissement causés par la crise, notamment au profit des réfugiés, des migrants et des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Elle renforce également les capacités des pays partenaires à faire face à la pandémie et à atténuer son impact socio-économique, en particulier sur les groupes à risque, tels que les réfugiés et les communautés d’accueil de Cox’s Bazar au Bangladesh à Kakuma au Kenya, Zaatari en Jordanie et Barranquilla en Colombie.

Les réfugiés peuvent être des catalyseurs de changements positifs. Cela a été confirmé par le premier Forum mondial des réfugiés en décembre 2019, où la communauté internationale a été appelée à partager la responsabilité, conformément au Pacte mondial pour les réfugiés. Aujourd’hui, nous rendons hommage aux nombreux réfugiés qui travaillent en première ligne pour combattre le coronavirus en Europe, mettant souvent leur propre santé en danger, pour en sauver d’autres. Leur contribution est vitale.

L’intégration est une priorité pour cette Commission. L’UE a mis en place un ensemble de mesures solides pour garantir que les personnes nouvellement arrivées ont accès aux services essentiels tels que l’éducation, la protection sociale, les soins de santé et le logement.

L’Union européenne est fondée sur les valeurs démocratiques et le respect des droits de l’homme. À cette fin, nous continuerons à jouer un rôle de premier plan pour garantir la protection des réfugiés ».

Pour en savoir plus
Commission européenne – action extérieure
Eurostat et guide 2020 qui offre un rapide tour d’horizon des statistiques d’Eurostat sur l’asile et la gestion des migrations. Il présente les données statistiques collectées par Eurostat en accord avec la législation de l’Union européenne sur les demandes d’asile et les décisions attenantes, la procédure de Dublin, les permis de résidence ainsi que sur l’application de la législation sur l’immigration. Ce guide contient aussi un aperçu sur les différents produits de diffusion des statistiques disponibles et fournit les liens pour accéder aux autres informations utiles.